Archives Mensuelles: septembre 2010

المكونات الحقوقية تستعجل كشف مكان الاعتقال التعسفي للسيد مصطفى سلمى ولد سيدي مولود وحماية حقه في الحياة وسلامته البدنية


 

                                      بلاغ

المكونات الحقوقية تستعجل كشف مكان الاعتقال التعسفي للسيد مصطفى سلمى ولد سيدي مولود وحماية حقه في الحياة وسلامته البدنية

 

بمبادرة من المنظمة المغربية لحقوق الإنسان عقدت الجمعيات الموقعة أسفله اجتماعا يومي الأحد 26 والثلاثاء 28 شتنبر 2010 لتنسيق عملها ومتابعته بخصوص الانتهاك الجسيم الذي تعرض له السيد مصطفى سلمى ولد سيدي مولود حيث اعتقل خارج نطاق القانون واقتيد إلى مكان مجهول مساء يوم 21 شتنبر 2010 عند دخوله مخيمات تندوف بالجزائر قصد الالتحاق بعائلته.

وإذ تذكر المكونات الموقعة رصدها ومتابعتها لأوضاع حقوق الإنسان  بالمنطقة، فإنها اليوم لتعبر عن إدانتها وتواصل التعبير عن قلقها وانشغالها الشديدين بخصوص مصير السيد مصطفى سلمى ولد سيدي مولود مطالبة بالتدخل الفوري لدى:

-         السلطات الجزائرية : باعتبار مسؤوليتها الدولية لحماية كل الأشخاص الموجودين فوق ترابها، ذلك أن مخيمات تندوف تحت نفوذها الترابي، مما يلزمها باحترام وإعمال مقتضيات  اتفاقية حماية اللاجئين والعهد الدولي الخاص بالحقوق المدنية والسياسية. والبوليزاريو : باعتبارها الجهة التي أعلنت رسميا اعتقاله واقتياده إلى مكان مجهول؛

-         المفوضية السامية لحماية اللاجئين:  باعتبارها المنظمة الدولية المكلفة بمتابعة إعمال مقتضيات الاتفاقية الدولية لحماية اللاجئين بما فيها الحق في الحياة والسلامة البدنية والتعبير والتفكير والرأي والتنقل لكل  الأشخاص اللاجئين وذلك إعمالا لقرار المجتمع الدولي الذي حدد سكان مخيمات تندوف على أنهم لاجئين؛

وذلك من أجل :

-            كشف مكان الاعتقال التعسفي،

-            حماية حقه في الحياة وفي السلامة الجسمانية،

-            العمل على إطلاق سراحه

-            السماح للمنظمات الدولية والإقليمية والمدافعين عن حقوق الإنسان  للقيام بمهامها الحمائية والتقصي حول وضعية السيد مصطفى سلمى ولد سيدي مولود، بمخيمات تندوف بالجزائر.

 وتهدف المجموعة متابعة ترافعها على المستوى الإقليمي والدولي لحشد كل الهيئات المعنية لحماية حياة السيد مصطفى سلمى ولد سيدي مولود من أجل إطلاق سراحه وحماية حقه في التعبير عن رأيه ومواقفه.

وإن الموقعين أدناه سيعملون على فتح حوار حول موجبات ومتطلبات حماية أوضاع ومكتسبات حقوق الإنسان على صعيد المنطقة.

الجمعيات الموقعة:

-         العصبة المغربية للدفاع عن حقوق الإنسان

-         جمعية الشعلة للتربية والثقافة

-         منتدى بدائل المغرب

-         المرصد المغربي للحريات العامة

-         المنتدى المغربي من أجل الحقيقة والإنصاف

-         الوسيط من أجل الديمقراطية وحقوق الإنسان

-         مركز الذاكرة المشتركة و المستقبل

-         مجموعة الحداثة والديمقراطية

-         بيت الحكمة

-         الشبكة المغربية – الأورومتوسطية للمنظمات غير الحكومية

-         فيدرالية الرابطة الديمقراطية لحقوق المرأة

-         رابطة الشباب الديمقراطيين المغاربة

-         جمعية المدونين المغاربة

-          جمعية عدالة

-         الجمعية الطبية لإعادة تأهيل ضحايا التعذيب

-          المنظمة المغربية لحقوق الإنسان

يذكر ان تجمع المدافعين الصحراويين لحقوق الإنسان و بعد مشاركته في كل اجتماعات المجموعة, قد انسحب من التوقيع,

L’expertise médicale confirme la cause du décès de Fodail Abrkane


Il n’y a pas longtemps, nous parlions de la disparition forcée, de la torture, … en croyant sincèrement que ces pratiques sont révolues. Malgré tout, nous demandions une consolidation constitutionnelle et la ratification des conventions internationales afin de prévenir le retour, quoique accidentel, de telles pratiques. 

Le 18 Septembre, un jeune marocain, Fodail Abrkane, est décédé suite à la torture qu’il a subit au commissariat de police. Des explications sur son cas et les circonstances de son décès sont disponible ici, ici et en plus détaillé. Aujourd’hui, les conclusions de l’autopsie ordonnée par le parquet a confirmé la version de la famille, à savoir décès suite à coup mortel. Quelque soient les circonstances de son conflit avec la police, SA TORTURE ET SA MORT SONT CONDAMNABLES !! C’est pour cette conclusion que ses anciens et nouveaux camarades de la jeunesse de l’USFP ont manifesté Vendredi. Ce même parti, ni son organe de presse arabophone, ne sont exprimés sur ce sujet alors que sa jeunesse et organe de presse francophone bouillonnent pour le sujet.

De toute manière, nous devons pousser pour qu’une enquête soit ouverte sur le sujet, que les responsables soient jugés et que l’Etat, en cas de confirmation dans un procès équitable de ce cas de torture mortelle, exprime publiquement ses excuses et se prononce sur comment prévenir de tels agissements ignobles. « La vie humaine est chère » dit l’adage marocain.

Villa ou palais : la liberté de la presse justifie-t-elle la diffamation ?


Nous sommes aujourd’hui devant un « conflit » entre deux citoyens marocains. Le citoyen Rachid accuse publiquement le citoyen Jamal de détournement de fonds publics pour la construction d’une prétendue somptueuse villa donnant sur la mer. Le citoyen Jamal nie catégoriquement et demande réparation par demande publique d’excuse du citoyen Rachid, seulement ce dernier, n’apportant aucune preuve de ses révélations, fait fi à toute déontologie qui l’obligerait à s’en excuser publiquement.

Tout a commencé par une chronique de Rachid Niny sur son journal Almassae du 16 Août 2010, dans le passage suivant :

« Alors qu’ « un » ministre de l’emploi, amené par Yazghi au gouvernement, n’a plus le temps d’entendre les doléances des fonctionnaires … l’homme est occupé par les dernières retouches de sa géante villa qu’il a construit en parallèle avec la construction du nouveau siège du ministère de l’emploi.

Lire la suite →

Adieu Arkoun


L’Islam menacé par des subversions sauvages, Par le Pr. Mohamed Arkoun

Lire la suite →

En Iran, « Marche sur mes yeux », mais ne détourne pas ma voix !


Serge Michel et Paolo Woods sont journaliste et photographe collaborant avec de prestigieux titres de presse : Le Figaro, Le Monde, Time, Géo, Newsweek, … Tous les deux ont vécu plusieurs années en Iran. Ils se sont associés pour écrire un livre sur le bonheur en Iran ; pour ce faire, ils décident d’arpenter le pays à la rencontre de personnes ordinaires, de décrire leur vécu loin des clichés occidentaux. Seulement, leur dernier voyage en 2009 a coïncidé avec la révolte post-électorale, où ce qu’on appellera le « mouvement vert » qui incarnera une opposition progressiste « sans équivalent au Moyen-Orient ». Ainsi leur ouvrage « Marche sur mes yeux »(*) se divise-t-il en deux partie : une première partie représente un carnet de voyage de ce qu’ils ont observé durant la révolte et une seconde qui est relative à leur projet initial sur le bonheur. L’intérêt majeur de cet ouvrage se trouve dans le ton presque impartial des auteurs se détachant des préjugés de l’occident.

Les militants des droits humains s’unissent contre la disparition forcée


Ce 30 Août est un grand jour pour le mouvement des militants des droits humains au Maroc. Ainsi l’OMDH a-t-elle organisé, via sa section de Casablanca, une soirée artistique pour lancer sa « campagne nationale pour la ratification de la convention internationale pour la protection de toutes les personnes contre la disparition forcée ». La soirée a été entamée par un mot de la section de l’OMDH rappelant que l’organisation « avait participé en 2008 à «la campagne internationale pour inciter les gouvernements à ratifier la convention, de part son affiliation au collectif international d’ONG oeuvrant dans ce sens ». L’OMDH a reçu la réponse du premier ministre du Maroc que la dite convention s’inscrit dans les préoccupations du gouvernement et qu’elle est dans la procédure de ratification ». Le mot d’ouverture a rappelé que la décision de l’organisation de lancer cette campagne nationale, à l’occasion de la journée internationale du disparu, vient en action de « sa stratégie nationale de lutte contre l’impunité, de la recommandation de son 7ème congrès de l’urgence de la ratification de la convention et des recommandations de l’IER concernant la consolidation constitutionnelle des droits humains ». Pour rappel, le 6 Février 2007, 57 Etats ont signé, mais non ratifié, cette convention dont le Maroc : France, Albanie, Algérie, Argentine, Autriche, Brésil, Burkina Faso, Burundi, Congo, Croatie, Ghana, Guatemala, Haïti, Japon, Lituanie, Maldives, Moldavie, Maroc, Ouganda, Sénégal, Serbie, Sierra Leone, Macédoine, Tchad, Tunisie, Vamatu, Belgique, Bolivie, Bosnie Herzégovine, Cameroun, Cap Vert, Chili, Comores, Costa Rica, Cuba, Chypre, Finlande, Grenada, Honduras, Inde, Kenya, Liban, Luxembourg, Madagascar, Malte, Mexique, Monaco, Mongolie, Monténégro, Niger, Paraguay, Portugal, Somova, Suède, Uruguay, Mali, Azerbaïdjan.

Une production théâtrale a embellie la soirée au théâtre Hassan Sqalli à Casablanca à laquelle ont assisté quelques 160 personnes représentant des ONG de droits humains. « Lui… ! » est une pièce de théâtre mise en scène par le dramaturge Ahmed Jaouad suite à une adaptation du texte de Driss El Mesnaoui. La pièce raconte l’histoire d’un détenu qui décide d’écrire pour sauvegarder la mémoire, et se fait le procès par … le stylo et la feuille ! En marge de la soirée, un hommage a été rendu aux familles des disparus et une allocution a été prononcée par Hassan Ouazzane, du FMJV, en leur nom.

 

En début de soirée, et au siège du Forum Marocain Vérité et Justice FMVJ, Amina Bouayach, présidente de l’OMDH a appelé « toutes les ONG des droits et tous les acteurs dans le domaine, y compris les partis politiques, a constituer un collectif pour inciter le gouvernement marocain à ratifier la convention internationale et constitutionaliser la criminalisation de la disparition forcée, la torture et tous les traitements inhumains, en rejoignant son appel à la campagne nationale ». « Aucun prétexte, ni aucune circonstance ne peut justifier la disparition forcée » Ajoute Bouayach. Benabdeslam, vice président de l’Association Marocaine des Droits Humains AMDH a rappelé « les recommandations fortes de l’IER qui appellent à la consolidation des droits humains, notamment dans la lutte contre la disparition forcée ». « Les attentats, condamnés et condamnables, du 16 Mai 2003 nous ont fait un amer rappel, nous victimes et familles des victimes des années de plomb. Nous devons œuvrer d’une manière collective entre toutes les ONG pour consolider les droits humains dans notre pays et préparer le prochain symposium national des droits humains, afin de donner un second souffle à notre mouvement. Concernant le sujet des disparition forcée, nous souhaitons que Mme Bouayach prenne l’initiative et propose une rencontre sur le sujet ». Les participants à cette rencontre de FMVJ ont par la suite rejoint en bloc la soirée théâtrale organisée par l’OMDH.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 8  086 followers

%d bloggers like this: